Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

05/11/2014

Nos interventions au conseil municipal d’Annecy du 3 novembre 2014

La presse locale évoque en partie les conseils municipaux, contraints par les exigences de leur journal ils sont obligés de faire un tri objectif ou subjectif de ce qu’ils vont relater. Si les électeurs souhaitent savoir tout ce qui s’est dit, ils devront se reporter aux futurs comptes rendus ou procès verbaux des conseils qu’ils pourront se procurer sur le site de la mairie.

Pour compléter l’information, il nous paraît utile de donner notre point de vue.

Jean-Luc Rigaut est intervenu pour faire le point sur l’occupation des anciens abattoirs par plusieurs communautés (Roms, clandestins, demandeurs d’asile , etc.), avenue de Loverchy. La mairie a obtenu l’ordonnance d’expulsion. Avant d’être communal ce phénomène des « camps roms » est national et international, au niveau local il est très difficile à traiter, ce n’est pas des gesticulations simplistes démagogiques qui vont résoudre quoi que ce soit.

On peut, certes, déplorer le laxisme des dirigeants nationaux dans la gestion des frontières mais dans le contexte annécien il nous semble mal venu de critiquer la gestion de ce dossier. Humblement nous devons reconnaître que nous n’avons pas de solution toute prête.

 

Après la longue intervention de Denis Duperthuy, conseiller municipal socialiste, nous nous sommes exprimés rapidement sur les économies nécessaires à réaliser. Nous développerons ultérieurement cette thématique plus longuement. Comme nous l’avons fait pendant la campagne électorale nous proposerons à nouveau des solutions pour éviter de ponctionner encore plus les Annéciens, mais nous ne sommes pas majoritaires...dommage !

Compte tenu des baisses de dotation de l’Etat (DGF -1,7 millions) et de la hausse de la ponction  du FNPIC (Fonds National de Péréquation des Ressources Intercommunales et Communales) qui passe en 2015 à 910 000 € et devrait passer en 2016 à 1 400 000 €, la « chasse au gaspi » est ouverte !

 

Image 8.png

QauiTournette18.png

Maisons du quai de la Tournette

Nous ne comprenons donc pas que, dans ce contexte, il soit d’une nécessité absolue d’acquérir les belles villas des années 20 ou 30 du quai de la Tournette….pour les détruire ! Alors qu’elles ne gênent en aucune manière la promenade sur les berges du lac ! Ainsi il est prévu par la mairie d’en acquérir une à 1,5 million €. Ce qui ferait un budget total d’environ 6 millions ! Nous proposons donc de renoncer à ces acquisitions et sommes certains que ces maisons pourraient continuer à faire la joie de familles.

 

En revanche nous continuons à souhaiter le déménagement du commissariat et la démolition de ce bâtiment sans intérêt patrimonial dénaturant l’entrée de ville… et bien sûr nous continuons à mener nos actions pour redonner au site, tout proche, de l’ancien hôpital son allure !

 

 

Le point 14 de l’ordre du jour a pour objet la vente à la société COGEDIM deux lots pour réaliser 81 logements sur le secteur Vallin Fier. Sur cette emprise de 17 hectares, cet « éco-quartier » devrait comprendre 1100 logements. Le parti pris idéologique est de ne demander qu’un parking par logement. Nous déplorons ce manque de clairvoyance, on ne peut obliger arbitrairement les acquéreurs à n’avoir qu’une seule voiture. La construction de garages supplémentaires souterrains par les promoteurs aurait évité un futur congestionnement du quartier par des voitures garées en surface ! Conscient de cela la mairie prévoit donc de créer un silo à voitures…payé par les impôts des Annéciens !

 

Le point 15 avait pour sujet la vente par la ville d’Annecy au groupe Brémond de l’ancienne école des Fins.

ecole des fins.jpgNous avons loué l’intention de vouloir conserver une aile de cette école construite en 1938 par un architecte annécien talentueux Fleury Raillon. En revanche nous déplorons que l’on détruise les trois quarts de ce patrimoine du XXe s. qui marque l’ancrage de ce quartier récent dans l’histoire d’Annecy. Pour remporter l’adhésion de la Mairie, puisqu’il s’agissait d’un concours de promoteurs, le groupe Brémond à présenter un projet architectural. Les quelques images que nous avons pu voir dénaturent complètement le site et le style régionaliste de Fleury Raillon. On peut comprendre que la ville souhaite densifier la surface habitable d’Annecy mais de grâce que les architectes du XXIe s. respectent, en s’intégrant le mieux possible dans l’œuvre de leurs anciens au lieu de les agresser ! Nous nous sommes donc abstenus.

Le logement social est nécessaire, il doit permettre d’équilibrer un marché de l’immobilier très tendu. Quant au souhait de l’opposition socialiste d’avoir à Annecy 80% de logements sociaux dans les nouvelles constructions, outre que cela nous ramènerait aux tentatives des Soviets des années 20 d’en finir avec la crise du logement, nous avons fait remarquer que si les prix de vente en accession libre sont en moyenne de 4500 €/m2, cela est dû à un contexte économique encore dynamique et ils sont les résultats de l’offre et la demande. Une crise encore très grave, une fermeture de la frontière avec Genève et les prix chuteront à 1000 €/m2 comme dans d’autres villes de France ! 

 

Point 16 : réalisation d’un programme de 30 logements sociaux locatifs 41 avenue des Romains. Demande de subventions à la Ville et à la C2A.

41avenudes Romains projet immeuble.jpgComme nous l’avions fait pour les garanties d’emprunts nous nous abstenons pour exprimer notre désaccord sur l’architecture  par solidarité envers les voisins qui ont envoyé une pétition à la mairie, mais aussi…envers les futurs locataires qui ont aussi le droit d’habiter dans une architecture élégante et bien intégrée au quartier !

 

Point 18 : Demande de transfert à la communauté d’agglo du théâtre Renoir. 

Nous étant abstenus en conseil d’agglomération, il apparaît logique que nous ne votions pas  pour ce transfert au conseil municipal (Dépenses de fonctionnement du théâtre : 474 335 €/ recettes : 102 522 €). Nul doute que ce théâtre ait une légitimité culturelle pour Cran Gevrier, mais nous sommes plus sceptiques sur son rôle dans l’offre culturelle de l’agglomération surtout dans une période où l’on nous annonce des baisses drastiques générales des financements.

 

En question diverse le maire a souhaité évoquer la décision du Conseil d’Etat d’annulation définitive du permis de construire de la mosquée des Fins.

Il nous a informé de sa décision de trouver, malgré tout, une solution sur cet emplacement en vendant la partie du terrain de sport appartenant à la ville et en faisant vendre l’autre partie par le diocèse.

Nous avons fait remarquer que l’école Sainte Marie/Saint Joseph avait délaissé ce terrain et les locaux jouxtant le site cultuel musulman suite à une baisse d’effectifs...

Le nombre de parkings nécessaires dépend de la taille du nouveau projet. D’ailleurs, il n’est pas sûr que le terrain de sport (au cas où le diocèse accepte de vendre sa partie et de renoncer définitivement à son utilisation) puisse être suffisant ! Le maire emmènerait ainsi une nouvelle fois cette communauté musulmane dans l'impasse ! Dans l’état actuel du dossier nous avons réitéré notre souhait que l’association « Nouvel Avenir » s’entende avec leurs coreligionnaires de la section d’Annecy de «l’association cultuelle de la Mosquée des Alpes» pour trouver un accord d’utilisation d’une partie de leurs bâtiments (soit 8500m2…tout de même).

CheminPrairie Mosquée Annecy.png

La grande mosquée du chemin de la Prairie

17/10/2014

tribune de l'opposition. Annecy Magazine - Octobre Novembre 2014

TribuneLibreOctobre14002.jpg

TribuneLibreOctobre14002.jpg

16/10/2014

Communiqué du groupe « Annecy pour la vie » du conseil municipal d’Annecy

Eglise des FinsMosquée.jpg

 

Le groupe Annecy pour la Vie tient à féliciter le collectif des riverains de la rue des Alpins qui depuis plus de 7 ans s’est mobilisé pour faire respecter les règles du droit de l’urbanisme applicables à Annecy, à savoir le nombre de stationnements insuffisants pour un établissement recevant un public nombreux et le non respect des règles de plantations.

Ainsi le projet d'un centre cultuel et culturel islamique d’environ 2000 m2 a été définitivement annulé par le conseil d'Etat.  Cette décision sanctionne ce projet soutenu par Jean-Luc Rigaut qui, dans ses versions successives, n'a jamais respecté les dispositions du PLU et les règles d'urbanisme devant s'appliquer à tous les Annéciens.
 
Cette victoire du Droit sur les « passe-droits » montre combien le refus du fatalisme devant des décisions illégales s’avère essentiel pour la vitalité de la démocratie à Annecy.

Le collectif des riverains qui a mené cette longue et éprouvante bataille judiciaire l’a fait en dehors de tout esprit partisan bien éloigné d'une quelconque posture politicienne ou de toute récupération mais dans l’intérêt du bien commun des Annéciens. Tout comme ce collectif, « Annecy pour la Vie » déplore que l’on ait pu faire croire à l’association musulmane promotrice du projet qu’elle pouvait passer outre certaines règles d’urbanisme.

S’étant installée provisoirement à Seynod, il serait donc souhaitable que cette association confessionnelle trouve un autre lieu de prière approprié. Ne pourrait-elle pas, par exemple, s’entendre avec l’association Milli Göru, autre association musulmane qui dispose d’un local de 8500 m2 à Annecy, chemin de la Prairie ?

 

Mosquée Annecy

 

Nous proposons un partage entre communautés sunnites de l'immense mosquée turque du chemin de la Prairie.

Denis Duperthuy propose le terrain des serres municipales, route de Vignières (art. DL 16-10-14)