Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

05/06/2018

Alsace Savoie, même combat !

BRISON2387.JPGArchitecture

Paysages d’Alsace dénonce la multiplication des toits plats

L’association Paysages d’Alsace, que préside Antoine Waechter, s’apprête à écrire à l’ensemble des maires du Bas-Rhin et du Haut-Rhin, pour les encourager à résister à la multiplication des « maisons cubes blanches » à toits plats. Fondée en 2010, l’association n’en est certes pas à son coup d’essai : depuis l’origine, elle mène un combat opiniâtre, qu’il serait facile de qualifier de rétro : si ses membres n’apprécient pas les pavillons réalisés par de (médiocres) épigones du Bauhaus et de Le Corbusier, c’est sûrement qu’il s’agit de vieux ronchons, nostalgiques d’une Alsace sépia. C.Q.F.D., leur compte est bon, affaire classée.

« Des verrues »

Ce serait facile, mais caricatural. «  Nous savons bien qu’on risque tout de suite de nous répliquer “Des goûts et des couleurs…” , commence Antoine Waechter. L’objet “maison cube”, moi, je trouve ça moche et froid, mais ce n’est pas là-dessus que nous mettons l’accent. Notre souci concerne la préservation de l’“esprit des lieux”. Un paysage harmonieux est un bien collectif, or ces maisons cubes créent des discordances majeures. Elles sont bâties au milieu de maisons pentues, au mépris du contexte. Que traduisent-elles au fond, si ce n’est l’individualisme contemporain ? Elles constituent l’aboutissement d’une architecture industrielle dans laquelle rien ne subsiste, sauf la fonction d’habiter et l’affirmation d’un statut social. Quant aux candidats à la construction, savent-ils, de leur côté, que ces maisons sont plus souvent sujettes aux infiltrations que les autres ? Il est faux de dire qu’elles coûtent moins cher à bâtir, d’autant que l’étanchéité est à refaire tous les 10 ou 12 ans. Je suis convaincu qu’il s’agit une mode, qui sera passée dans 10 ans. Alors, on les verra pour ce qu’elles sont : des verrues. »

Le fond du problème, poursuit Antoine Waechter, remonte au flou réglementaire et législatif qui a résulté du Grenelle de l’environnement organisé fin 2007 : par peur de procès en série, nombre de maires ont depuis lors renoncé à s’opposer aux demandes de permis de construire de maisons à toits plats. M. Waechter pense cependant tenir la parade : « Il n’y a pas de risque de contentieux quand la règle est claire. Or le droit local permet d’instaurer un règlement municipal d’urbanisme, avec constitution d’une commission d’esthétique, qui rassemble élus et habitants . Vingt communes alsaciennes s’en sont déjà dotées, pour fixer les règles de construction applicables chez elles. » Un exemple qu’il aimerait voir faire florès.

 

 

https://c.lalsace.fr/haut-rhin/2018/06/02/paysages-d-alsa...

 

 

27/03/2018

Conseil municipal du 26 mars 2018

Prêt-à-bétonner et sculpture réparatrice

OGIC AnnecyPoint 11

Opération 39 avenue des Romains à Annecy (commune déléguée d’Annecy) – Réalisation d'un programme immobilier dont 14 logements sociaux locatifs (8 PLUS, 4 PLAI, 2 PLS) par POSTE HABITAT RHÔNE-ALPES – Participation de la ville d'Annecy – Demande de subvention au Grand Annecy

11 - SV Foncier - 39 av des Romains, Poste Habitat RA, V2.pdf

J'ai déploré une nouvelle fois la grand misère de l’architecture à Annecy, l’indigence du dessin. Après le 41 avenue des Romains, voici encore un chef d’œuvre du degré 0 de l’architecture sis au n° 39 de la même avenue, à l'angle du boulevard de la Rocade.

 

Annecy sarcophageJe rappelle que nous sommes à l’emplacement exact d’un ancien cimetière (probablement des Vème et VIème s.) et d’anciennes constructions romaines des 1er et 2ème siècles. La photo ci-contre montre un des sarcophages découverts sur le site pendnat la campagne de fouille. L’inexistence d’un dessin architectural et esthétique est une offense faite à la grande architecture classique romaine au profit du « prêt-à-bétonner »

 

Point 27

100ème anniversaire de la Grande Guerre - Participation au mémorial "Suzanne Noël, Chirurgien-plasticien 1878-1954”

Sculpture de Kynia

Nous approuvons pleinement cette initiative.

Trésum, Crédit Agricole AnnecyD’autant plus que cette sculpture s’intégrera parfaitement dans ce paysage qui par la forme des nouvelles constructions qui vont s’y trouver, rappellera sans aucun doute l’enchevêtrement des carcasses de panzers et des bunkers d’un champ de bataille du XX e siècle.

 Cette sculpture aura comme piédestal un paysage défiguré (relief naturel arasé par les mines, désordre des constructions, etc.) clin d’œil, si j’ose dire, aux visages et aux corps abimés par la guerre.

Puisse cette sculpture plantée au milieu de cet amoncellement difforme de béton, être le symbole de l’espoir d’une meilleure adaptation des futurs projets annéciens au paysage et à l’histoire des lieux !

27 - Cabinet - docteur Suzanne Noël.pdf

L'ordre du jour de ce conseil municipal :ODJ CM du 26 03 2018 V7(6).pdf

Bravo aux architectes urbanistes Marc et Nada Breitman !

Breitman architectes urbanistesC'est vraiment avec joie que nous avons appris que nos amis Marc et Nada sont les lauréats du prix Driehaus 2018 !

Toutes nos félicitations.

AB

 

 

 

Marc Breitman et Nada Breitman-Jakov lauréats du prix Richard H. Driehaus 2018

Breitman Chaville

Le prix Richard H. Driehaus à l'université Notre Dame a été établi en 2003 en l'honneur de contributions de toute une vie à l'architecture traditionnelle, classique et durable et à l'urbanisme dans le monde moderne.  Le prix est décerné à un architecte vivant dont l'œuvre a eu des effets positifs en matière d'art, de culture, et d'environnement, dans la tradition des idéaux les plus élevés de l'architecture classique dans la société contemporaine.

Nada Breitman-Jakov et Marc Breitman, architectes parisiens, se sont vus décerner le prix Richard H. Driehaus 2018 à l'université Notre Dame. Il récompense leur engagement pour une architecture « urbaniste » et de continuité, pour leur recherche d’un nouveau vocabulaire inspiré du classicisme et de la tradition. 

Reconstruire de l’urbanité dans les banlieues anarchiques où règnent ségrégation sociale, ségrégation fonctionnelle, désordre et absence d’espaces urbains, est le moteur de leur engagement artistique et professionnel.
Avec de petits budgets destinés principalement à la construction de logements sociaux, Nada et Marc Breitman ont réussi à transformer des cités ouvrières en quartier de ville, des non-lieux en de véritables espaces urbains où peut se développer une véritable vie urbaine. 

Ils jouent un rôle important et fondamental au Plessis Robinson, à l’origine ville de banlieue à proximité de Paris, en la transformant en une vraie ville, créant un nouveau réseau de rues, de places, dessinant ainsi un nouveau cœur de ville.  A Chaville, ils créent la Grand’Place qui manquait à la ville sur la route Royale de Paris à Versailles.

Ils obtiennent le même succès dans la transformation des cités minières du Pas-de-Calais. Ils mettent en scène les spécificités de l’architecture régionale transformant les corons des anciens mineurs en quartier de ville.

A Amsterdam, Marc et Nada Breitman réussissent à intégrer la Grande Mosquée Aya Sofia dont ils sont les architectes (1997-2014), dans le tissu urbain amstelodamois des années 20.

L’œuvre de Nada et Marc Breitman tire son inspiration des villes historiques et donne un nouveau souffle à l’architecture « urbaniste ». Cette approche contribue à la création d’une architecture durable, respectueuses de la vie et de la culture des habitants, très éloignée de l’égo-architecture et de la production d’objets en rupture avec la ville.

 

http://www.rejournals.com/articles/2018/03/22/driehaus-ar...

PARIS Cathédrale Orthodoxe de Paris Concours international – Projet 2010

PARIS Cathédrale Orthodoxe de Paris Concours international – Projet 2010

19/11/2017

La carrière en milieu urbain des Trésum

17 novembre 2017 - Un article du Faucigny - Annecy Trésum

Un article de Cyril Pointe de l'hebdomadaire sur le chantier (ou la carrière) du Crédit Agricole

Le Faucigny

 

 

 

 

 

 

 

 

Faucigny 16-11-2017.jpg

 

Au conseil municipal du 13 novembre dernier je n'ai pu que m'étonner que les conseillers municipaux d'Annecy n'aient pas eu à donner leur avis sur la carrière des Trésum (site de l'ancien hôpital, projet immobilier du Crédit Agricole) ouverte en pleine ville... alors que l'on nous l'a demandé pour la SAS CARMACO qui exploite une carrière de roches massives calcaires à ciel ouvert située au lieu dit « Le Pas d’un Jean », route de Thônes ( Annecy-le-Vieux) !!!

22 - JUR Dvpt Durable Carrière CARMACO v18 09 17.pdf