Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

14/01/2015

Un grand désir de paix et fraternité

Le 7 janvier un ami m'avait envoyé un dessin de Cabu en guise de vœux pour cette nouvelle année 2015, j'ai ri de bon cœur. Quelques heures plus tard j'apprenais que ce caricaturiste venait d'être assassiné. Pour autant, je ne souhaite pas reproduire ce dessin ici, ce serait désobligeant pour les maires qui promeuvent des projets urbains défigurant leur ville et cette caricature, si elle m'a fait sourire, ne reflète pas entièrement le fonds de ma pensée.

En ce début d'année 2015, nous voilà pris dans une nasse de contradictions, entre la liberté d'expression à tout crin, l'insulte permanente faite aux religions qui se prend pour de l'humour, la folie meurtrière de terroristes affirmant puiser leur vérité dans l'islam,  nos valeurs, celles de la Foi ou de la République, difficile de trouver la voie et la voix de la Raison.

Avec notre ami François Garagnon citons Pierre Boutang :

 

 "C’est lorsque l’horreur atteint à sa plus grande amplitude, lorsque tout ce qui était sacré (tout

ce que le patient tissage de l’histoire et de la tradition avait fait reconnaître comme sacré) s’évanouit, que la conscience religieuse ou son résidu laïcisé s’efforce de constituer une barrière contre l’horreur par la reconnaissance, au moins, des valeurs morales universelles". 

 

Et faisons nôtre la conclusion de son beau texte sur ces tragiques évènements:

 

Il ne s’agit pas seulement de conjurer la peur du terrorisme, de chanter la Marseillaise à qui

mieux-mieux, d’affirmer l’unité nationale face à la barbarie le temps d’une journée, mais de

construire un idéal durable qui trouve son épanouissement non seulement à travers des lois et des principes édictés par des hommes, mais à travers un absolu qui ne saurait se satisfaire du relativisme ambiant— où tout se vaut et où rien n’est considéré comme sacré, pas même la vie humaine.

À cet égard, la phrase que Saint-Exupéry adressait à un Général alors que la France était sous le joug de l’oppression nazie, résonne de manière étonnamment prophétique : "Il n’est qu’un problème, un seul de par le monde : rendre aux hommes une signification spirituelle des inquiétudes spirituelles. Faire pleuvoir sur eux quelque chose qui ressemble à un chant grégorien"… 

UnGrandDesir.pdf

DESIR1.jpg

19:07 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | |

Les commentaires sont fermés.