Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

19/02/2008

Les raisons de mon engagement, mes propositions.


Candidat aux cantonales du canton Annecy-Centre il m’a paru naturel de me présenter aussi sur une liste aux municipales, celle menée par Pierre Hérisson « En Avant Annecy ».  C’est dans cette liste faites d’hommes et de femmes de conviction de différents horizons que j’ai compris que nous pouvions, mes amis et moi-même, être le plus écoutés.

J’ai passé mon enfance aux Teppes, quartier que je connais bien.
J’habite aujourd’hui  sur la limite Est du canton, avenue de la Mavéria.


Je ne suis pas membre d'une organisation politique, c’est mon attachement à la beauté de notre cadre de vie annécien qui m’a conduit à m’engager sur le terrain de la politique locale pour que  l’Annecy que nous aimons ne soit pas définitivement défiguré.

En tant que père de famille, je suis évidemment très attaché aux liens inter-générationnels et à la nécessaire solidarité que le conseil général a pour mission de mettre en place…cela afin d’aider des familles ou des personnes seules à passer des caps difficiles, et parfois d’éviter avec le plus d’efficacité possible des situations de détresse insurmontables.


• Améliorer l'aide sociale à  l'enfance,  
    • Optimiser l'aide aux handicapés,
    • Mieux insérer les personnes en difficulté,
    • Rendre plus efficace l'aide aux personnes.

Voici les missions sociales principales du conseil général.

Chaque candidat, souhaite, au moins paroles, le bien-être de ses concitoyens, ses électeurs potentiels. À chaque échéance électorale, on parle du nombre de places de crèche à créer, du nombre des maisons de retraites à augmenter, de l’aide à domicile à développer, etc. Le coût du logement est de plus en lourd à supporter pour les familles, on avance des idées sans trop y croire, le département est de plus en plus sollicité pour participer à la construction de logements ou à l’acquisition de foncier. Les diverses aides n’atteindront vraiment leurs objectifs que si elles sont le plus efficaces possible. Conseiller général, je ferai mon possible, en premier lieu dans le canton Annecy Nord-Est, pour veiller à ce qu’il n’y ait pas de déperdition des financements accordés. Car les deniers publics sont avant tout ceux des contribuables et toute institution se doit d’être vigilante.

La drogue, un fléau à stopper !
Mieux vaut prévenir que guérir…prendre en amont les problèmes, comme les ravages de la drogue par ex.
Ainsi dans une enquête parue en janvier dans le Dauphiné Libéré on apprenait qu’un service départemental (!) en phase de recrutement avait dépisté 25% des candidats positifs au cannabis. On leur a demandé de revenir un mois plus tard, 80 % de ces candidats avaient vraiment arrêté la consommation de stupéfiants. « Ce qui prouve que le problème, c’est le laxisme de notre société face au cannabis » concluait le docteur Mercier Guyon.

Si je vous me faites l’honneur de m’élire, je vous promets que j’aurais à cœur de renforcer le rôle du conseil général dans la prévention sociale de ce fléau, cause d’un grand nombre de drames humains et de problèmes d’insécurité.


Le conseiller général doit être le relais de son canton auprès du département et de la ville.


• Je prends l’engagement d’assurer dans le canton des permanences régulières, pas seulement dans les bureaux du conseil général, mais dans les quartiers pour mieux être à l’écoute et faire mon possible pour répercuter les soucis des personnes.
• Je m’engage aussi à faire une réunion publique annuelle pour présenter le bilan de mon action.





Comme vous l’avez compris, je suis attaché au cadre de vie annécien nécessaire à l’équilibre des personnes…et à Annecy nous sommes particulièrement gâtés par la nature ! C’est pourquoi je me suis engagé dans plusieurs associations pour défendre le paysage et le patrimoine annéciens.
J’ai participé à plusieurs actions de sauvegarde du patrimoine en Haute-Savoie.
Ainsi j’ai été à l’initiative de la demande de classement (en cours) des parties anciennes et remarquables de l’ancien hôpital d’Annecy.




C’est vraiment le cœur serré, que j’ai vu disparaître les belles villas de l’avenue d’Albigny mais aussi les anciennes fermes annéciennes et plus particulèrement sur le canton Nord-Est.

6081809547504eedb39fd9a8013c8d5c.jpg
Ancienne ferme propriété de la mairie, avenue de la Mavéria/route de Vignières
 

Une maison de la nature destinée aux enfants et aux adolescents, en liaison avec les jardins municipaux, aurait pu, par exemple, y voir le jour, mais ni le conseiller général (Vice Président au Conseil Général chargé de la culture et du patrimoine), ni la mairie, pourtant propriétaire, n’y avait pensé, il était plus simple de tout raser sans trop réfléchir.

Il reste encore des villas de caractères, sur ce canton je mettrais tout en œuvre pour les sauvegarder. Des témoignages plus anciens du patrimoine rural comme le manoir de Novel subsistent encore. Il pourrait être envisagé un projet culturel de haute qualité au manoir de Novel respectant la construction ancienne.

81cde37e2ec3d4c24a8a8a85b24e4096.jpg
Le manoir de Novel, un patrimoine historique, honteusement sous-exploité, rien ne s'y passe à part la Fête de la Pomme, un week-end d'automne ! 
 
 


Par ex : une convention entre l’agglo. et le conseil général pourrait permettre des expositions thématiques de la collection Payot….puisque le conservatoire d’Art et d’Histoire a été « colonisé » par la CITIA (Cité de Image en mouvement) Le 2 février 2006,  la CITIA a été créée sous forme d’un Établissement public de coopération culturelle (EPCC), basé au Conservatoire d’art et d’histoire d’Annecy. Son budget de 4 millions d'euros ne serait assuré que pour un tiers par des ressources propres ! (cf. Le Point, 29/11/07)


La politique culturelle axée prioritairement en direction du cinéma d'animation est envisagée depuis quelques années au détriment de tout le reste et surtout des associatifs qui constituent le tissu culturel de notre département.
Une politique ne se fait  pas avec un programme bien ficelé impossible à mettre en place en fonction des réalités de demain mais avec une ouverture d'esprit vers la pluridisciplinarité et le bon sens en harmonie avec les ressources issues pour la plupart directement des deniers des contribuables. Les deniers avant de devenir publics sont avant tout privés alors il convient de savoir les respecter et ne pas vouloir se congratuler.

Il est temps que les quartiers d’Annecy Nord-Est puissent préserver leur âme de village ; quand il n’y en a plus, mettre tout en œuvre pour leur en donner en facilitant l’installation de commerces en construisant de beaux édifices.
En ce qui concerne le logement, il ne doit plus être le terrain d’expérimentation privilégié des architectes, au détriment des habitants.
Ce qu’il manque à Annecy et donc au canton Nord-Est c’est une grande réflexion urbaine qui ne renie plus l’architecture classique et les formes traditionnelles. La rue, la place, la façade ouverte sur l’espace public, l’îlot renfermant la cour dédiée à l’espace privé, restent les valeurs intangibles de la qualité de vie urbaine.
A des coûts égaux en logement social comme en accession à la propriété, ce qui fait la beauté d’un édifice, c’est le travail intellectuel et l’épaisseur culturelle que lui consacre l’architecte. J’espère donc pouvoir en tant que conseiller général et conseiller municipal redonner à ce canton les moyens de respirer en harmonie avec le paysage qui l’entoure.

Grands dossiers du canton sur lequel je m’engage de travailler:
-    Entamer une réflexion sur la coupure (ou déchirure entre l’Est et l’Ouest d’Annecy (avenue de Brogny, chemin de fer)
-    Démantèlement de la SICN (Société industrielle du combustible nucléaire -ALCATEL)
-    Impact de l’ouverture de l’hôpital et de l’autoroute sur le nord du canton.
-    Renforcer le service d’aménagement de la communauté d'agglomération (3 personnes seulement !) en concertation avec le CAUE, etc.
-    Terrain de l’école des Salomons.
-    Déménagement de la cuisine centrale situé à Novel (odeurs, nuisances sonores, etc.) qui sera remplacée une maison de quartier des services municipaux et départementaux, etc.

18/02/2008

Le conseiller général, le canton et le département.

Quelques repères sont indispensables pour mieux situer l’action du Département et donc du conseiller général.

Même si certains rêvent de faire disparaître en dix ans l’échelon départemental….nos deux départements savoyards ont une histoire millénaire que l’on ne saurait effacer d’un coup de crayon (ou d’un simple clic).
Il est vrai que la réflexion sur un meilleur fonctionnement des administrations locales ne doit pas être tabou !

5202a75731f38b0fdb07937f2d9cc247.jpg

Carte de la Savoie au XVIIe s., Theatrum Sabaudiae, 1674





La  Savoie : une histoire millénaire.

En 1860, l'annexion de la Savoie par Napoléon III, ouvre pour ses deux nouveaux départements français le début d'une nouvelle histoire. Mais la spécificité des deux départements est telle que très vite, après la loi de décentralisation de 1982, une instance commune aux deux départements est créée en 1983, ce fut « l’Entente Régionale de Savoie » ..qui a donné naissance à la Maison de Savoie à Paris, à l’ Orchestre des Pays de Savoie, à la Marque collective Savoie et qui a permis le développement de l’université de Savoie. En 2001 « l’Assemblée des Pays de Savoie » prend la suite, elle exerce des compétences communes aux deux départements. Cette Assemblée est clairement destinée à affirmer l’identité savoyarde. Son budget est à peu près de 14 M€


Qu’est qu’un conseiller général :
Une récente brochure du conseil général définit son rôle :

« Le conseiller général est un « homme de terrain », au service du département. Il représente à la fois la population, la vie associative, les élus et la vie économique de son canton. A ce titre, il entretient des relations régulières avec les maires et les organisations professionnelles, peut siéger dans des conseils d’administration et intervient auprès des conseillers régionaux ou des parlementaires.

Porte-parole des habitants, le conseiller général défend les intérêts de son canton au sein de l’assemblée départementale. »

J’ajouterai aussi qu’il doit défendre les intérêts communs des Hauts-Savoyards, de la Haute-Savoie mais aussi de la Savoie dans son ensemble, d’Annemasse jusqu’à Montmellian.


La particularité d’un canton urbain comme Annecy Nord-Est est donc d’avoir une seule commune comme interlocuteur et de rendre encore plus difficile qu’ailleurs la distinction entre les actions départementales et les actions communales.

bb54f90a92c40918aae5fc66192b486e.jpg

 

Carte des cantons de la Haute-Savoie


Quelques chiffres

34 conseillers généraux pour 700 000 habitants
…contre 37 en Savoie pour 400 000 habitants.



Canton Annecy Nord-Est
19 526 habitants
2 km2

Canton de Samoens
4 085 habitants
250 km2


Organisation

45b7cf8922509ff461d438bc738f7933.jpg


Depuis 1982 le Département est une collectivité territoriale dotés de compétences propres et d’un budget avec des dépenses et des recettes.

Le président du Conseil Général est élu tous les trois ans par ses pairs. Il est assisté de la Commission Permanente. Il peut déléguer une partie de ses fonctions aux vice-présidents. Il organise et gère le domaine public (notamment la voirie départementale).

La Commission Permanente est placée sous l’autorité du Président. Elle est composée de 20 conseillers dont 10 vice-présidents qui ont reçu délégation pour s’occuper d’un domaine précis.

  

Les 10 commissions de travail spécialisées (+ 2 : appel d’offres, ouverture des plis pour les délégations de services publics)
-    Commission de l’action sociale, de la prévention, de l’insertion et du logement.
-    Commission de l’Enfance, de la gérontologie et du handicap
-    Commission du développement rural, de l’eau et de l’Environnement
-    Commission de la Voirie, des grandes infrastructures routières et des Bâtiments départementaux
-    Commission de l’Education et de la Formation
-    Commission de l’Economie, de la recherche, de l’université et des T.I.C.
-    Commission de l’aménagement du territoire, des transports et des déplacements
-    Commission de la culture et du patrimoine
-    Commission des Sports, du tourisme et de la politique montagne
-    Commission des Finances, du budget de l’administration générale et du personnel


Budget et missions

c4b59263e153ffda9a2c96329791bd1d.jpg



Plusieurs missions essentielles ont été dévolues au Conseil Général
-    l’action sociale, principal budget du département : 222 M€ (29% du budget soit 766 M€)
-    la voirie départementale : 125 € (16,3% du budget)
-    les collèges publics : 41,5 €
-    Service d’incendie et de secours : 37, 3 M€
-    Transports scolaires et interurbains: 46,1 M€

Au-delà des compétences « obligatoires » le conseil général s’investit dans d’autres domaines:
-    Aménagement du territoire, environnement, agriculture, eau, patrimoine, culture, sports, économie, logement aidé : 91,7 M€
Ainsi la Haute-Savoie est au premier rang national des départements qui aident les communes à réaliser des équipements publics : écoles maternelles et primaires, bâtiments communaux, équipements sportifs, etc.

Le coût  de l’administration, de la logistique et de la dette représente 202,2 M€ 

Depuis 2004 le département a la charge financière des allocations RMI, il assure aussi la mise en place du Revenu Minimum d’Activité et des contrats d’avenir.
En  2005 : création de la Prestation de Compensation du Handicap et des Maisons Départementales pour personnes handicapées.
En 2006 c’est la charge de la gestion, de l’entretien et de l’exploitation  des routes nationales qui est transférée. Le personnel technique des collèges est aussi pris en charge en partie par le département.

Recettes
       
    - Fiscalité (50%) :
taxe d’habitation
taxe sur le foncier non bâti
taxe sur le foncier bâti
taxe professionnelle

    - Droits de mutation (vente immeubles & terrains)
    - Emprunts
    - Dotations de l’Etat
        Ex. : TIPP sert à financer le RMI

 

ae9e6a6b37c833e8775e7187bdde350d.jpg

13/02/2008

Réunion publique du 12 février

 L'ambiance était conviviale et chaleureuse, mardi 12 février à 20 h à la salle communale Albigny-Parmelan au 8, avenue de Thônes. Le sénateur Pierre Hérisson et le député Lionel Tardy s'étaient joints à cette réunion. Bénédicte Schneider a présenté Alain Bexon. Le candidat a souhaité ensuite donné quelques éléments au public sur le fonctionnement du Conseil Général de la Haute-Savoie. Il a aussi évoqué la particularité du canton Annecy Nord-Est, le plus petit canton  (2 km2) des 34 cantons de Haute-Savoie mais un des plus peuplés du département avec 10 000 habitants par km2.

88e902be276a50d3d988389060f0b797.jpg