Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

22/02/2012

Trésum : nous allons faire appel.

Pour un prétexte assez futile, le tribunal administratif a rejeté les requêtes de l'association Annecy Patrimoine.... en voici la raison  : c'est l'assemblée générale qui aurait dû donner le pouvoir au Président de l'association et non le conseil d'administration de l'association, même les avocats de la mairie et du promoteur n'avaient pas trouvé cette argutie. Le tribunal administratif a ainsi évité de juger sur le fond.

Avec l'association Lac Annecy Environnement, nous avons décidé d'introduire une requête devant la cour d'appel administrative de Lyon afin que cette affaire soit enfin jugée sur le fond.

 

16/11/2011

Quel gâchis !

Alors que le tribunal administratif ne s'est pas encore prononcé sur la légalité ou l'illégalité de ses permis de construire, alors qu'il n'a pas encore acheté les terrains, le promoteur toulousain Monné Decroix en concertation avec le maire d'Annecy a commencé le 14 novembre la démolition des parties les plus vénérables du site des Trésums ! Selon des sources journalistique le maire s'en félicite.

démolition annecy, destruction patrimoine annecy, hôpital annecy,

S'il est persuadé que le tribunal administratif lui donne raison, pourquoi le promoteur n'achète-t'il pas, avec le même entrain que ses bulldozers, l'ancien site de l'hôpital à l'Agence Régionale de la Santé encore propriétaire du site ? Que l'on arrête d'accuser les défenseurs du patrimoine et de l'environnement  de bloquer la vente et de faire perdre de l'argent à l'A.R.S., et par conséquent au nouveau centre hospitalier de Metz-Tessy, alors que le promoteur a les moyens d'acquérir ces 5 hectares....qu'il pourrait toujours revendre un jour à un autre promoteur plus raisonnable présentant un projet digne d'Annecy ! Si le tribunal administratif constate que le permis est illégal, l'irréparable aura été commis pour rien et il ne restera que les tristes barres de béton qu'évidemment personne ne défendra le jour où, enfin, elles seront démolies ! Nous répétons encore une fois que notre vœu le plus cher est de voir disparaître ces verrues des années 60 et 70 du paysage annécien...tout en conservant les parties historiques du XIXe s. qui à ce jour ne sont pas encore rasées...

M. Jean-Luc Rigaut, qui a délivré les autorisations nécessaires pour cette démolition, et le promoteur n'ont  pas voulu commencer par les parties en béton bourrées d'amiante ou par exemple par les petits bâtiments en béton (chaufferie) situés sur le haut de l'avenue de Trèsum) ? Pourquoi n'avoir pas commencer le désamiantage ? Pourquoi s'acharner sur les parties les plus nobles de ces édifices sans avoir attendu la décision du Tribunal administratif ? 

Les Annéciens se souviendront que le promoteur toulousain et le maire d'Annecy, de conserve, ont commis un crime de "lèse-patrimoine" sans aucune raison. Malgré des actions juridiques engagées le collège Saint-François devrait aussi connaître un sort identique dans les prochains jours, là c'est aussi le patrimoine annécien mais surtout des pages tragiques de l'histoire annéciennes que l'on veut effacer de la mémoire collective et visuelle des Annéciens.

Nous continuerons donc le combat pour sauver ce qui peut encore l'être, notamment le magnifique paysage de cette rive du lac, et pour empêcher que le site soit défiguré par le projet de M. de Portzamparc. 


Reportage de TV8 montblanc de 5'40'' à 8'50''

http://lejt.tv8montblanc.com/JT-Mercredi-16-novembre-2011_v3145.htmldi-16-novembre-2011_v3145.html


http://lejt.tv8montblanc.com/JT-Mercredi-16-novembre-2011_v3145.htmldi-16-novembre-2011_v3145.html

19/01/2011

Restaurer le paysage de l'ancien hôpital et éviter un saccage irréparable, point sur la procédure.

Voici les dernières informations sur la procédure en cours contre les permis délivrés par le J L Rigaut pour le projet de Christian de Portzamparc.

En fait si le tribunal administratif ne nous a pas donné raison sur le référé en urgence que nous avons fait contre la démolition imminente des parties anciennes se fondant sur le premier permis de démolir purgé des recours des tiers (qui prévoit de tout démolir y compris la partie la plus ancienne), il semble que le promoteur ne souhaite tout de même pas commencer trop vite cette démolition contrairement à ce qui a été annoncé ici ou là...

    d'une part, il n'est pas encore propriétaire des lieux et ne souhaite certainement pas engagé trop de dépenses,
    d'autre part, il préfère attendre la décision du tribunal administratif.
Cette décision ne devrait pas tarder puisque il nous a été signifié par le Tribunal administratif de Grenoble la clôture de l'instruction au 14 janvier alors que le risque était que la procédure dure encore quelques années ! Le président de la 1ère chambre m'a personnellement demandé lors de la dernière audience (celle du référé) si je ne voyais pas d'inconvénients à ce que la procédure soit accélérée; j’ai évidemment répondu par l’affirmative. Il est évident que le souhait d’Annecy patrimoine n'est pas de bloquer la vente; l'Agence Régionale de Santé (ARS) pourrait très vite vendre son terrain si le promoteur acceptait de l'acheter dès maintenant mais aussi s'il s'était conformé aux différentes lois défendant le paysage et les monuments historiques proches ! Que l’ARS soit le plus rapidement payée : c’est vraiment  ce que l'Association Annecy Patrimoine souhaite en ce début d’année 2011...mais pas au prix d’un saccage du paysage annécien.

Annecy Patrimoine souhaiterait aussi que les travaux de démolition des barres en béton débute le plus rapidement possible et redonne ainsi au site l’aspect harmonieux qu’il avait jusqu’aux années 1950 !


Cette décision du TA en faveur ou en défaveur de notre action devrait donc intervenir assez vite, c'est peut-être la raison pour laquelle le promoteur préfère attendre contrairement à tout ce qui a été annoncé ici ou là .
Je suis donc allé déposé les dernières pièces complémentaires vendredi (14 janvier)  et notamment un avis d'un ABF honoraire d’un département voisin allant dans notre sens en réponse au nouvel avis (décembre 2010) de l'ABF de la Haute-Savoie sollicité par le préfet! 

P1070030.JPG