Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

31/03/2018

Conseil communautaire du 29 mars 2018

Conseil Grand AnnecyBien seul pour défendre la langue française !

 

Plusieurs délibérations intéressantes comme l'encadrement des locations saisonnières de locaux pour des séjours de courte durée ou le PLUI H du "Pays d'Alby". Une tentative louable d'arriver à un équilibre entre la nature, l'agriculture, la vie économique et le cadre de vie. Cusy est un bon exemple d'une commune où l'on tente de préserver les commerces et les activités de proximité !

Hélas trop souvent nos PLU oublient d'imposer des prescriptions esthétiques suffisamment explicites pour préserver nos paysages.

 

Point 26

Aide au financement de la licence professionnelle « Performance sports textile & footwear » - Renouvellement de la convention de partenariat avec l'Université Savoie Mont Blanc.

Texte de la délibération :26 - Aide au financement de la licence professionnelle - Renouvellement de la convention de partenariat avec    l'USMB.pdf

J'en ai profité pour rappeler que nous étions en pleine semaine de la francophonie quelques jours auparavant. J'ai exprimé mon souhait que le titre de cette licence soit en français ne voyant aucun intérêt à donner à ce diplôme une appellation en langue étrangère...J'ai rappelé l'article 5 de la loi Toubon du 4 août 1994 relative à l'emploi de la langue française : "Quels qu'en soient l'objet et les formes, les contrats auxquels une personne morale de droit public ou une personne privée exécutant une mission de service public sont rédigés en langue française. Ils ne peuvent contenir ni expression ni terme étrangers lorsqu'il existe une expression ou un terme français de même sens approuvés dans les conditions prévues par les dispositions réglementaires relatives à l'enrichissement de la langue française". En conséquence, j'ai posé la question de la légalité de notre participation financière et de la convention.

Ce à quoi, "au risque de [me] décevoir", il m'a été répondu que de toute manière les cours étaient donnés à 100% en langue anglaise !

Ce qui s'appelle en bon français donner des verges pour se faire battre...je ne me suis alors pas privé de signaler que ces pratiques sont formellement interdites par la loi (plus récente !) sur l'enseignement supérieur et la recherche du 22 juillet 2013, dite "loi Fioraso" (article 2 de la loi et article L121-3 du code de l'éducation).

Sur 84 votes j'ai été le seul à m'exprimer contre cette délibération...

Ordre du jour conseil communautaire 29-3-2018.pdf

25 - Encadrement des locations saisonnières de locaux pour des séjours de courte durée.pdf

39 - Approbation du PLUi-H.pdf

 

27/03/2018

Conseil municipal du 26 mars 2018

Prêt-à-bétonner et sculpture réparatrice

OGIC AnnecyPoint 11

Opération 39 avenue des Romains à Annecy (commune déléguée d’Annecy) – Réalisation d'un programme immobilier dont 14 logements sociaux locatifs (8 PLUS, 4 PLAI, 2 PLS) par POSTE HABITAT RHÔNE-ALPES – Participation de la ville d'Annecy – Demande de subvention au Grand Annecy

11 - SV Foncier - 39 av des Romains, Poste Habitat RA, V2.pdf

J'ai déploré une nouvelle fois la grand misère de l’architecture à Annecy, l’indigence du dessin. Après le 41 avenue des Romains, voici encore un chef d’œuvre du degré 0 de l’architecture sis au n° 39 de la même avenue, à l'angle du boulevard de la Rocade.

 

Annecy sarcophageJe rappelle que nous sommes à l’emplacement exact d’un ancien cimetière (probablement des Vème et VIème s.) et d’anciennes constructions romaines des 1er et 2ème siècles. La photo ci-contre montre un des sarcophages découverts sur le site pendnat la campagne de fouille. L’inexistence d’un dessin architectural et esthétique est une offense faite à la grande architecture classique romaine au profit du « prêt-à-bétonner »

 

Point 27

100ème anniversaire de la Grande Guerre - Participation au mémorial "Suzanne Noël, Chirurgien-plasticien 1878-1954”

Sculpture de Kynia

Nous approuvons pleinement cette initiative.

Trésum, Crédit Agricole AnnecyD’autant plus que cette sculpture s’intégrera parfaitement dans ce paysage qui par la forme des nouvelles constructions qui vont s’y trouver, rappellera sans aucun doute l’enchevêtrement des carcasses de panzers et des bunkers d’un champ de bataille du XX e siècle.

 Cette sculpture aura comme piédestal un paysage défiguré (relief naturel arasé par les mines, désordre des constructions, etc.) clin d’œil, si j’ose dire, aux visages et aux corps abimés par la guerre.

Puisse cette sculpture plantée au milieu de cet amoncellement difforme de béton, être le symbole de l’espoir d’une meilleure adaptation des futurs projets annéciens au paysage et à l’histoire des lieux !

27 - Cabinet - docteur Suzanne Noël.pdf

L'ordre du jour de ce conseil municipal :ODJ CM du 26 03 2018 V7(6).pdf

Bravo aux architectes urbanistes Marc et Nada Breitman !

Breitman architectes urbanistesC'est vraiment avec joie que nous avons appris que nos amis Marc et Nada sont les lauréats du prix Driehaus 2018 !

Toutes nos félicitations.

AB

 

 

 

Marc Breitman et Nada Breitman-Jakov lauréats du prix Richard H. Driehaus 2018

Breitman Chaville

Le prix Richard H. Driehaus à l'université Notre Dame a été établi en 2003 en l'honneur de contributions de toute une vie à l'architecture traditionnelle, classique et durable et à l'urbanisme dans le monde moderne.  Le prix est décerné à un architecte vivant dont l'œuvre a eu des effets positifs en matière d'art, de culture, et d'environnement, dans la tradition des idéaux les plus élevés de l'architecture classique dans la société contemporaine.

Nada Breitman-Jakov et Marc Breitman, architectes parisiens, se sont vus décerner le prix Richard H. Driehaus 2018 à l'université Notre Dame. Il récompense leur engagement pour une architecture « urbaniste » et de continuité, pour leur recherche d’un nouveau vocabulaire inspiré du classicisme et de la tradition. 

Reconstruire de l’urbanité dans les banlieues anarchiques où règnent ségrégation sociale, ségrégation fonctionnelle, désordre et absence d’espaces urbains, est le moteur de leur engagement artistique et professionnel.
Avec de petits budgets destinés principalement à la construction de logements sociaux, Nada et Marc Breitman ont réussi à transformer des cités ouvrières en quartier de ville, des non-lieux en de véritables espaces urbains où peut se développer une véritable vie urbaine. 

Ils jouent un rôle important et fondamental au Plessis Robinson, à l’origine ville de banlieue à proximité de Paris, en la transformant en une vraie ville, créant un nouveau réseau de rues, de places, dessinant ainsi un nouveau cœur de ville.  A Chaville, ils créent la Grand’Place qui manquait à la ville sur la route Royale de Paris à Versailles.

Ils obtiennent le même succès dans la transformation des cités minières du Pas-de-Calais. Ils mettent en scène les spécificités de l’architecture régionale transformant les corons des anciens mineurs en quartier de ville.

A Amsterdam, Marc et Nada Breitman réussissent à intégrer la Grande Mosquée Aya Sofia dont ils sont les architectes (1997-2014), dans le tissu urbain amstelodamois des années 20.

L’œuvre de Nada et Marc Breitman tire son inspiration des villes historiques et donne un nouveau souffle à l’architecture « urbaniste ». Cette approche contribue à la création d’une architecture durable, respectueuses de la vie et de la culture des habitants, très éloignée de l’égo-architecture et de la production d’objets en rupture avec la ville.

 

http://www.rejournals.com/articles/2018/03/22/driehaus-ar...

PARIS Cathédrale Orthodoxe de Paris Concours international – Projet 2010

PARIS Cathédrale Orthodoxe de Paris Concours international – Projet 2010

24/03/2018

Le témoignage du père Jean-Baptiste de l'Abbaye de Lagrasse sur Arnaud Beltrame

Arnaud BeltrameLe lieutenant-colonel Arnaud Beltrame se préparait, avec sa fiancée Marielle, à recevoir le sacrement du mariage des mains du père Jean-Baptiste, l’un des chanoines réguliers de la mère de Dieu de l’abbaye de Lagrasse. C’est lui qui a rejoint Marielle vendredi soir, au chevet d’Arnaud, quelques heures avant sa mort. Il a pu lui donner le sacrement des malades et la bénédiction apostolique in articulo mortis. Il a ensuite longuement parlé avec sa fiancée avant de lui donner la communion. Il témoigne :
 
"C'est au hasard d'une rencontre lors d'une visite de notre abbaye, Monument Historique, que je fais connaissance avec le lieutenant-colonel Arnaud Beltrame et Marielle, avec laquelle il vient de se marier civilement le 27 août 2016. Nous sympathisons très vite et ils m'ont demandé de les préparer au mariage religieux que je devais célébrer près de Vannes le 9 juin prochain. Nous avons donc passé de nombreuses heures à travailler les fondamentaux de la vie conjugale depuis près de 2 ans. Je venais de bénir leur maison le 16 décembre et nous finalisions leur dossier canonique de mariage. La très belle déclaration d'intention d'Arnaud m'est parvenue 4 jours avant sa mort héroïque.
 
Ce jeune couple venait régulièrement à l'abbaye participer aux messes, offices et aux enseignements, en particulier à un groupe de foyers, ND de Cana. Ils faisaient partie de l'équipe de Narbonne. Ils sont venus encore dimanche dernier.
 
Intelligent, sportif, volubile et entraînant, Arnaud parlait volontiers de sa conversion. Né dans une famille peu pratiquante, il a vécu une authentique conversion vers 2008, à près de 33 ans. Il reçoit la première communion et la confirmation après 2 ans de catéchuménat, en 2010.
 
Après un pèlerinage à Sainte-Anne-d'Auray en 2015, où il demande à la Vierge Marie de rencontrer la femme de sa vie, il se lie avec Marielle, dont la foi est profonde et discrète. Les fiançailles sont célébrées à l'abbaye bretonne de Timadeuc à Pâques 2016.
 
Passionné par la gendarmerie, il nourrit depuis toujours une passion pour la France, sa grandeur, son histoire, ses racines chrétiennes qu'il a redécouvertes avec sa conversion. En se livrant à la place d'otages, il est probablement animé avec passion de son héroïsme d'officier, car pour lui, être gendarme voulait dire protéger. Mais il sait le risque inouï qu'il prend.
 
Il sait aussi la promesse de mariage religieux qu'il a fait à Marielle qui est déjà civilement son épouse et qu'il aime tendrement, j'en suis témoin. Alors ? Avait-il le droit de prendre un tel risque ? Il me semble que seule sa foi peut expliquer la folie de ce sacrifice qui fait aujourd'hui l'admiration de tous. Il savait comme nous l'a dit Jésus, qu' « Il n'y a pas de plus grand amour que de donner sa vie pour ses amis. » (Jn 15, 13). Il savait que, si sa vie commençait d'appartenir à Marielle, elle était aussi à Dieu, à la France, à ses frères en danger de mort. Je crois que seule une foi chrétienne animée par la charité pouvait lui demander ce sacrifice surhumain.
 
J'ai pu le rejoindre à l'hôpital de Carcassonne vers 21h hier soir. Les gendarmes et les médecins ou infirmières m'ont ouvert le chemin avec une délicatesse remarquable. Il était vivant mais inconscient. J'ai pu lui donner le sacrement des malades et la bénédiction apostolique à l'article de la mort. Marielle alternait ces belles formules liturgiques.
 
Nous étions le vendredi de la Passion, juste avant l'ouverture de la Semaine Sainte. Je venais de prier l'office de none et le chemin de croix à son intention. Je demande au personnel soignant s'il peut avoir une médaille mariale, celle de la rue du Bac de Paris, près de lui. Compréhensive et professionnelle, une infirmière, la fixe à son épaule. Je n'ai pas pu le marier comme l'a dit maladroitement un article, car il était inconscient. Arnaud n'aura jamais d'enfants charnels. Mais son héroïsme saisissant va susciter, je le crois, de nombreux imitateurs, prêts au don d'eux-mêmes pour la France et sa joie chrétienne."

19:25 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | |