Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

05/03/2008

La Société Industrielle de Combustible Nucléaire

Le site des Teppes  de  La Société Industrielle de Combustible Nucléaire

Dossier SICN : Lionel TARDY persiste et signe 

1328133350.jpg

 

J’ai pris connaissance ce matin de la réaction du maire d’ANNECY, sur ce dossier, dans le DAUPHINE LIBERE.
 
Sa réaction confirme en tout point mes propos.
 
Quid de ce dossier depuis le 4 septembre 2007 ??????
 
Depuis que le permis de démolition a été accordé le 4 septembre 2007 (ce que je n’ai aucunement contesté, contrairement à ce qui est dit dans votre article de mardi), AREVA attend désespérément de pouvoir organiser des réunions publiques d’information sur ce dossier, conjointement avec la mairie, avant d’engager les travaux.
 
Cette exigence d’AREVA répond à engagement total de transparence sur ce dossier, vis-à-vis de la population et notamment des riverains du site.
 
Depuis le mois de septembre, AREVA se heurte à un refus catégorique de la mairie qui ne souhaite pas aborder ce dossier avant avril 2008.
 

En effet ce chantier va nécessiter la mise en place de mesures de dépollution spécifiques (sarcophage au-dessus du bâtiment ALCATEL/ADIXEN qui doit être réhabilité).
 
Le maire d’ANNECY (M. Rigaut) et le conseiller général sortant du canton d’ANNECY-NORD-EST (M. Puthod) craignant d’alerter inutilement la population à 6 mois des élections et alors qu’ils étaient en pleine tractation avec M. Billet, fervent opposant à ce dossier, n’ont pas daigné donner suite aux demandes d’AREVA.
 
En agissant ainsi, je maintiens que le maire d’ANNECY met en danger ce site industriel qui regroupe plus de 500 emplois industriels (répartis entre GEMMA et ALCATEL/ADIXEN) et qui a besoin d’être réorganisé au plus vite.
 
On reproche assez aux hommes politiques de ne rien faire lorsque les plans sociaux tombent, au moins ont-ils le devoir de ne pas faire d’obstruction, par leurs décisions, en amont des dossiers.
 
En tant que chef d’entreprise, député, membre de la commission des affaires économiques et vice-président du groupe PME à l’Assemblée nationale, je ne peux l’accepter.
 
Je me devais, en tant que député de la circonscription, de tirer la sonnette d’alarme sur ce dossier, face au mutisme du maire et du conseiller général sortant.
 
Qui aurait enfin parlé de ce dossier si je ne l’avais pas soulevé ? Est-ce cela la transparence.
 
Depuis mon élection en juin 2007 et en me consacrant à temps plein à ma fonction de député, j’ai toujours souhaité agir en toute transparence.
 
Je continuerai à le faire, chaque fois que cela sera nécessaire.
 
Les élections à la mairie d’ANNECY, pour lesquelles je ne suis pas candidat, prouvent que le maire sortant est tout sauf TRANSPARENT sur bien des dossiers.
 
Afin de répondre à la demande d’information légitime de la population sur ce dossier, j’organise en tant que député (et à la place du maire d’ANNECY et du conseiller général sortant défaillants) 2 réunions d’informations spécifiques :
 
Vendredi 7 mars à 20 H : salle Denviolet à Novel au 5 rue Louis Armand
Mardi 11 mars à 20 H : hotel La Mamma à Novel au 69 avenue de France

 
Mr Rigaut et Mr Puthod sont les bienvenus pour une confrontation sur ce dossier.
 
Je me tiens également à votre disposition pour tout débat public, télé ou radio à ce sujet.
 
Je vous invite vivement à assister à ces réunions.
 
LES ELECTEURS JUGERONT DE LA TRANSPARENCE DE LA MAIRIE.
 
Et puisque M. Rigaut se plait à donner sa chronologie, voici la mienne depuis le 4 septembre 2007 :
 
Mi-octobre, je suis alerté par le service communication d’AREVA sur ce dossier.
 
Le 6 novembre, je rencontre à l’Assemblée nationale, Denis HUGELMANN, vice-président de la cellule retraitement d’AREVA et Mme Laurence MUGNIERY, directrice adjointe de la communication secteur aval d’AREVA, qui me confirment que le dossier est bloqué en mairie d’ANNECY. Ils me remettent à cette occasion tout le dossier de support aux réunions publiques qu’ils attendent toujours de pouvoir organiser.
 
Le 19 décembre, lors de son audition par la commission des affaires économiques à l’Assemblée nationale, Mme Anne LAUVERGEON, présidente d’AREVA, me fait part de son impatience sur ce dossier et me demande d’intervenir pour pouvoir enfin organiser des réunions publiques.
 
TOUTES LES INFORMATIONS sur www.lioneltardy.org